alternatives éducatives : des écoles différentes
| LE GUIDE-ANNUAIRE | Commande | Commande express sécurisée | Documentation | Présentation | SOMMAIRE |

| Une école différente ? Pour une société différente ? Qui n'en veut ?! I Des écoles différentes ? Oui, mais ... pas trop |
| L'heure de la... It's time for ... Re-creation | Appel pour des éts innovants et coopératifs |

Mai-68 relifté
Et c'est à peine si on nous rappelle ce petit fait gênant :
en mai 68, nombre de jeunes gens en colère l'étaient contre la dictature du consumérisme et du productivisme.
Comme aux plus belles heures du stalinisme, où les visages des gêneurs étaient effacés des photos officielles,
on nous présente un portrait historique de Mai-68 retouché à grands coups de gomme.

Comme cela a été abondamment souligné depuis le 6 mai 2007 au soir, lorsque nos yeux se sont brutalement dessillés en même temps que La Marseillaise de Mireille Mathieu nous déchirait les tympans, en France, les noces de la politique et du show-biz ont été un peu plus tardives qu’ailleurs, mais elles ont fini par se produire aussi.

Comme celle d’un Berlusconi ou d’un Reagan — qui ne venait pas du cinéma par hasard, et qui ne faisait qu’accentuer une tendance amorcée avec Kennedy —, la victoire de Nicolas Sarkozy en France résulte d’une manipulation à grande échelle des imaginaires.

Elle a été préparée par vingt ans de TF1 et de M6, de presse people, de jeux télévisés, de Star Ac et de superproductions
« Rêves de droite, défaire l'imaginaire sarkozyste » de Mona Chollet


Une fois dans le jeu, la mise en condition continue.
«L'objectif est de brouiller leurs repères temporels, de les isoler, de les priver de sommeil, afin de mettre les candidats dans une situation de vulnérabilité»
La tambouille de la télé-réalité
Retape des candidats, manipulation et beuveries... Un ancien collaborateur des productions spécialisées raconte ce que les téléspectateurs ne voient pas
"Sa majesté des mouches" ("Lord of the flies")
"adapté" en télé-réalité show 
("Kid Nation") aux Etats-Unis

Sous l'oeil des caméras, 40 enfants devaient s'organiser en "société", voter des "lois" et construire une "économie".

Tournage du "show" : au Nouveau Mexique.
En l'absence de lois sur le travail des mineurs :
14 heures par jour, 7 jours sur 7, pendant 6 semaines.

Au même moment, dans le même pays...
Etats-Unis : Lourde peine pour une écolière amoureuse
Une jeune fille de 12 ans ayant écrit «Je t’aime Alex» sur les murs d’une école, a été envoyée pour 4 mois dans un établissement "accueillant" des élèves "en difficulté". La WWASP patronnée par le professeur Skinner, le père de la psychologie comportementaliste, gère ces camps pour ados "difficiles" ("Tranquillity bay"). Pour 3000 dollars par mois, il promet de transformer ces récalcitrants en citoyens dociles et travailleurs.

elle explique que, de 7 à 9 ans, on peut faire croire n'importe quoi à un être humain, 
et cela restera gravé dans son cerveau pour la vie. 
Ces enfants sont pour elle le nerf d'une nouvelle guerre qui vise à faire triompher les valeurs évangélistes,
à interdire l'avortement aux Etats-unis, à imposer la doctrine créationniste, 
à fusionner l'Eglise et l'Etat...
Pour la liberté d'instruction
disent-ils

Secte, mensonges et vidéo, ou les coulisses de la téléréalité

Conditionnés, manipulés ou exploités, les ex de "Greg le Millionnaire ", "Bachelor", "Ile de la Tentation" ou "Koh-Lanta" demandent réparation.
Ils sont plus de cent ... 
 

C'ÉTAIT sur le coup des 5 heures du matin, réveil au clairon des « colocataires » de M6, endormis depuis deux heures. Debout! Enfilez ces treillis et ces grosses godasses ... 
Et les voilà dehors pour quelques pompes dans la boue, sous le commandement d'un faux caporal. La scène est grotesque. Personne ne proteste. « Je ne sais pas pourquoi, mais on n'a rien dit! », ont raconté, plus tard, d'anciens participants. 

Et maintenant les contrats 
C'était un soir, devant la télé, des parents regardaient, stupéfaits, leur fille qui pleurait, craquait, multipliait les crises jusqu'à l'hystérie sur « L'île de la Tentation » : « Mais ce n'est pas elle, où sont passés sa force, son caractère ? Qu'est-ce qui lui arrive? » La jeune femme tente d'expliquer: « Ma tête me disait non, mais mon corps faisait autrement. J'acceptais tout, docile ... En même temps, je me sentais si fragile ... » 

C'était à « Koh-Lanta », sur TF1, lors du « conseil ». Moment crucial: le groupe éjecte alors l'un des siens. Vingt minutes de diffusion, mais trois à quatre heures d'enregistrement, tous les trois jours, sans le droit de bouger. « On se jette des reproches au visage les uns les autres, et l'animateur en rajoute: "T'as trop mangé, tu partages pas, t'es pas bon, camarade." C'est minable et humiliant. Mais ça ne se retourne jamais contre l'animateur ... Lui, il est comme un dieu vivant, entre père Fouettard et abbé qui distribue pénitences et absolutions ", se souvient l'un des humiliés. 

Des témoignages de cet acabit, Mes Jérémie Assous et Hayet Djabeur en ont recueilli une centaine. En février, les avocats ont fait plier TF1, obtenant la requalification en contrats de travail des joyeux séjours sur « L'île de la Tentation ». A la clé, dommages et intérêts, congés payés, heures sup', cotisations sociales et même poursuites pour « travail dissimulé »
Ils en sont à 100 clients. Tous réclament la « jurisprudence de "L'île" ». C'est-à-dire le statut de salarié. Mais qui dit contrat de travail dit code du même nom. Lequel code a été un peu torturé par les « employeurs ». 

Imaginez un patron pour lequel les horaires n'existent pas. Qui confisque les montres, les portables, les téléphones. Qui interdit livres et journaux, et toute communication avec l'extérieur, même avec les techniciens qui filment. Il rogne sur votre temps de sommeil, vous colle en permanence un micro devant la bouche et vous fait suivre par des caméras 22 heures sur 24 ... 

Imaginez, aussi, que cet employeur sache tout de vous, grâce à des interrogatoires serrés et très intimes (des centaines de questions), réalisés en présence de psychologues ! Le tout mis en fiches, susceptibles d'être exploitées, comme l'ont raconté au « Canard» une douzaine de ces ex-« aventuriers »

Un séducteur, participant à « L'île de la Tentation », envoyé au contact d'un couple « à détruire », a vu son rôle grandement facilité grâce aux renseignements donnés par la production: « Je savais tout d'eux: leurs fantasmes, leurs peurs, leurs rêves. Ce qu'ils aimaient et ce qu'ils détestaient... » Autre exemple: cette jeune femme dont la terreur était le saut à l'élastique et qui avait eu la mauvaise idée de le dire lors de son interrogatoire. 

Comme par hasard, ce fut l'un des défis lancés à son équipe. Refus catégorique de la fille, malgré la menace d'une sanction: une semaine sans eau chaude pour son groupe. Honte sur elle! « Tu veux faire perdre ton équipe ? », gronde la production. Elle tient bon : « Dans mon équipe, ils m'ont détestée, insultée, c'était horrible. » Elle voulait partir. « La prod' m'a bourré le mou pendant trois heures, sur le thème: "Attention, tu vas décevoir tes proches, qui te regardent et te soutiennent." Puis on m'a annoncé une belle surprise. » Une fête brésilienne ! Justement, elle adore, comme le mentionne sa fiche. « Je me suis retrouvée à sauter de joie, en hurlant :"C'est le plus beaujour de ma vie! » 

Vilaine traÎtresse en sanglots 
Un autre rescapé de « L'île de la Tentation » explique: « Nous savons, en entrant, que l'obéissance doit être totale, mais nous ignorons à quoi ça conduit. Comme on ne nous laisse que très peu dormir, qu'on nous dresse les uns contre les autres, nous devenons vite vulnérables. » 

Une jeune femme en est ainsi encore à se demander comment elle a pu « éliminer» sa meilleure copine. Du coup, plus personne ne parle à « la traîtresse ». La voilà rejetée du groupe. Elle sanglote. De « belles» images, certes, mais qui vont peut-être coûter cher devant les tribunaux. 

« Tout est scénarisé. Les participants sont mis dans un état psychique et mental d'infériorité, leur discernement en est altéré au point qu'ils ne refusent plus rien. Certains procédés de ces maisons de production pourraient même constituer des infractions pénales », analyse M' Assous. Pour les producteurs, bien sûr, tout ça n'est qu'un jeu! Entre adultes consentants, on ne peut plus rigoler, alors ? La preuve, les prods ont même soumis cette blague à la Cour de cassation. Et TF1 et M6 en gourous sectaires, ça ferait pas une bonne téléréalité ? 
 

Dominique Simonnot - Le Canard Enchaîné - mercredi 7 mai 2008

 

LE GUIDE ANNUAIRE DES ECOLES DIFFERENTES

| LE GUIDE-ANNUAIRE | Commande | Commande express sécurisée | Documentation| Présentation | SOMMAIRE |
| Le nouveau sirop-typhon : déplacements de populations ? chèque-éducation ? ou non-scolarisation ? |
| Pluralisme scolaire et "éducation alternative" | Jaune devant, marron derrière : du PQ pour le Q.I. |
| Le lycée "expérimental" de Saint-Nazaire | Le collège-lycée "expérimental" de Caen-Hérouville|
| L'heure de la... It's time for ... Re-creation | Freinet dans (?) le système "éducatif" (?) |
| Changer l'école | Des écoles différentes ? Oui, mais ... pas trop !| L'école Vitruve |
| Colloque Freinet à ... Londres | Des écoles publiques "expérimentales" |
| 68 - 98 : les 30 P-l-eureuses | Et l'horreur éducative ? |