alternatives éducatives : des écoles, collèges & lycées différents
| Présentation | SOMMAIRE |
I Des écoles différentes ? Oui, mais ... pas trop ! I

Amputez les enfants-adolescents du pouvoir qui leur revient dans l'Institution scolaire - qui leur revient, du fait qu'ils y sont indispensables - et, en les coupant de la réalité extérieure, en les renvoyant à leur seul monde intérieur, vous les désocialisez, c'est-à-dire que vous les névrotisez.
Incroyable société qui est la nôtre!
 

école autrement, école alternative, école différente, collège lycée innovant, expérimental ...
2017: Une autre école est-elle possible?
 
 

… Enfin, les lycéens et lycéennes ont soif d’implication dans leur lycée ! 75% souhaitent une meilleure écoute des élèves,
un plus grand pouvoir des instances lycéennes. Malgré le niveau satisfaisant des relations entre élèves et équipes éducatives (63%),
ils pensent à 58% que leur avis n’est pas assez pris en compte dans la vie quotidienne du lycée.
Ils voudraient notamment être davantage associés au choix des animations et activités culturelles,
au fonctionnement (règles de vie, horaires, organisation, pause déjeuner, etc.), à l’orientation ou encore à l’aménagement et à la rénovation des locaux.
[ Rapport «Consultation des lycéennes et lycéens d’Ile-de-France» : - La vie au lycée - La réussite - La démocratie au lycée – janvier 2014 – pdf  ]

Extrait du COMPTE-RENDU de la RÉUNION DU COMITÉ DE SOUTIEN
au Lycée Expérimental de Saint-Nazaire
(février 2015)

"1. Passé ou présent :

– Le camion : Le Comité de Soutien a vu sa création en février-mars 2014 suite au problème de
«l'immobilisation du minibus» à cause d'une injonction d' application à la lettre d' une circulaire ministérielle de 2011 interdisant aux enseignants de conduire eux-mêmes des véhicules transportant des élèves. Depuis ces dernières années, des contraintes administratives et budgétaires de plus en plus rigoureuses dans la gestion des établissements scolaires ont amené les deux proviseures successives du Lycée Aristide Briand à exiger l'application drastique des nouvelles mesures.

– La cantine : En parallèle, la gestion financière du Lycée Expérimental est rattachée au Lycée Aristide Briand. En septembre 2014, le Conseil d’Administration (CA) d'Aristide Briand, a voté, sans même avertir les membres du Lycée Expérimental, les prix des repas au Lycée Xp. Un exposé de cet historique et du déroulement des évènements est explicité en détail dans les précédents compte-rendus ainsi que dans la lettre des MEEs que beaucoup d'entre nous ont déjà reçue, lettre référencée ainsi: [cuisine - lettre de l'équipe_janv2015]. (Ceux qui ne l'auraient pas lue peuvent la demander à cette adresse: comitesoutien-lxp@orange.fr )

Rappel historique de la création du lycée par son co-fondateur, André Daniel:
/.../  La cuisine, inexistante lors du démarrage, est née de l' idée d'un élève. Il pose la question de la prise de décisions.
 Tout mode de fonctionnement du Lycée Expérimental mis en cause par un élément extérieur doit être refusé.
 Entre les origines et l'époque actuelle, il y a eu la décentralisation, ce qui en résulte est que le Ministère de l' Education Nationale ne veuille plus s'en occuper.
 /.../ "

Adhérer, être informés, soutenir :
                                              comitesoutien-lxp@orange.fr




... Monsieur le Ministre de l’Education Nationale,
«Les déplacements des élèves lors des sorties et voyages scolaires participent à la mission éducative des établissements d'enseignement du second degré». Voilà ce qui est annoncé en préambule de la circulaire n° 2011-117 du 3-8-2011 du Ministère de l'Éducation Nationale.
Cependant, cette mission est largement compromise par les dispositions de cette circulaire même. Ainsi, il est nécessaire de recourir de façon systématique aux transporteurs privés...
... Depuis que cette circulaire est en vigueur de nombreux établissement ont dû annuler des sorties pour des raisons de coût et de souplesse.
Dans le cadre spécifique du Lycée Expérimental, pour qui les sorties sont un axe pédagogique fort, cette circulaire empêche le fonctionnement ordinaire et remet en cause son existence.
Nous demandons donc la révision de la circulaire n° 2011-117 du 3-8-2011 du Ministère de l'Éducation Nationale, afin de permettre le transport d'élèves par des enseignants volontaires dans le cadre de leur travail...

POSTES A POURVOIR au LYCEE EXPERIMENTAL DE SAINT-NAZAIRE.
 Le Lycée Expérimental de Saint-Nazaire recherche pour la rentrée 2014 huit personnes désireuses d'intégrer son équipe éducative.
Il est attendu qu’elles s'investissent dans notre type de fonctionnement et soient capables d'assurer l'enseignement au niveau lycée, y compris la préparation au baccalauréat ...
… De façon générale les compétences complémentaires sont bienvenues et tous les parcours professionnels et personnels, des plus classiques aux plus originaux, sont recherchés.
Le travail dans cet établissement demande intérêt et engagement pour les pédagogies alternatives, une volonté de travailler en équipe et l'ouverture des champs d'apprentissage à travers l'inter et la transdisciplinarité.
Le fonctionnement particulier de cet établissement cogéré, à parité de droit, par les Membres de l’Équipe Éducative (19 personnes) et les élèves (entre 150 et 180 personnes)implique également de chaque membre de l’équipe une participation active à la gestion matérielle et administrative du lycée…


Le Lycée ("expérimental", de Saint-Nazaire) jouit depuis son ouverture d'espaces de liberté qui permet à l'équipe éducative et aux élèves d'expérimenter dans de bonnes conditions.
Pourtant, à l'heure où les innovations sont encensées et considérées comme une priorité au ministère de l’Éducation Nationale, au même titre que la refondation de l’école, nous affirmons que notre pouvoir d'expérimenter est bafoué, notre fonctionnement vivement remis en cause. Nous n'avons plus aujourd’hui la liberté de circuler. En effet, une circulaire portant sur les sorties et voyages interdit aux professeurs de véhiculer des élèves. Au-delà de cette circulaire, nous subissons des velléités de normalisation qui visent à nous faire entrer dans le rang et à restreindre notre autonomie pédagogique et financière, ce qui à terme, nous empêche de fonctionner.
A notre demande de dérogation ou de prise en compte de nos spécificités, le Rectorat de Nantes et le Ministère de l’Éducation Nationale nous opposent pour l’instant une fin de non-recevoir…

Pourquoi un comité ?
Outre l'épineuse question du mini-bus du lycée que nous ne pouvons plus utiliser, c'est l'existence du lycée en tant qu'école différente et pour tous
qui est menacée par la normalisation et la politique gestionnaire en vogue à l'éducation nationale comme dans tout le reste de la société.
Il s'agit pour nous de retrouver toutes nos libertés d'action, de circulation menacées non seulement par les circulaires en tout genre, mais aussi par la baisse continuelle de notre budget, les tracasseries administratives en tout genre et surtout l'intrusion d'instances extérieures dans le circuit de prises de nos décisions.
Les énergies et les bonnes volontés présentes ce soir au lycée ont déjà permis de nous sentir moins seuls !
comitesoutien-lxp at orange.fr


… cette fois-ci, les dernières évolutions alertent l'équipe éducative, alors qu'elle pensait avoir été entendue, voici un an, en rencontrant le ministre Vincent Peillon au sujet de la place de l'innovation dans l'Éducation nationale. « Notre discours a été écouté de façon attentive, observe-t-elle aujourd'hui. Cependant, nous faisons face actuellement à des situations qui entravent dès à présent notre fonctionnement ...
...« À l'heure où les constats d'échec du système scolaire se multiplient (PISA, INSEE) et où le gouvernement se propose de refonder l'école, pourquoi mettre en danger un lycée qui propose une alternative ?
... des membres de l'équipe éducative et des élèves du Lycée Expérimental de Saint-Nazaire ont été reçus par des membres du cabinet du recteur afin d'évoquer les difficultés de fonctionnement de leur établissement, notamment en ce qui concerne leur liberté de circulation mise à mal par une circulaire interdisant aux enseignant-e-s de véhiculer des élèves avec le minibus du lycée.
Cette rencontre s'est soldée par une fin de non-recevoir

19 mars 2013 - Lettre ouverte en soutien au Collège Anne Frank (Le Mans)
Position de l’équipe éducative du Lycée Expérimental de Saint-Nazaire face à la situation du collège Anne Frank.
 

2017
école autrement, école alternative, école différente, collège lycée expérimental ...
Une autre école est-elle possible?

Pour, dans, une autre  société ?
... on peut tout de même très légitimement se demander si le ministre est bien vraiment toujours - et sera encore - celui de l'éducation, et ... «nationale» ?
Ou celui des multinationales ?
Et de quel type d'«éducation», d'«école», celles-ci ont-elles besoin: Pour quel type de «société» ?

«Possible» ?!      On peut aussi faire pire : c’est en cours.
Mais un jour, le paysage sera redessiné, le puzzle sera terminé et tout le monde n'y aura vu que du feu.
 

I Obligation scolaire et liberté I Des écoles différentes ? Oui, mais ... pas trop ! Appel pour des éts innovants et coopératifs |
| Une école différente ? Pour une société différente ? Qui n'en veut ?! I L'heure de la... It's time for ... Re-creation |

Quelques rubriques, parmi beaucoup d'autres, toujours "d'actualité" :
les rapports parents-profs, la maternelle à 2 ans, l'ennui à l'école, les punitions collectives, l'état des toilettes,  le téléphone portable, le créationnisme...

« Main basse sur l'école publique »
L'Éducation Nationale est accusée de « fabriquer des crétins » et d'entretenir le « chaos pédagogique », l'insécurité et le chômage.
Eddy Khaldi et Muriel Fitoussi dévoilent la signification de ces mesures :
des associations de libéraux et de catholiques conservateurs proches du Front national et de l'Opus Dei sont à l'origine de ces propositions.
Au nom de la liberté de choix, on prépare une privatisation de l'Éducation.

Nouveaux collèges "expérimentaux" :  compromis
Initiés par Gabriel Cohn-Bendit,
co-fondateur du lycée expérimental de Saint-Nazaire,
les trois projets envisagés en Ile-de-France, pourraient ne pas aboutir.

un lycée différent : Le lycée autogéré de Paris ("LAP")

"réforme du lycée"
Il apparaît aussi que les systèmes scolaires les plus efficaces sont ceux où «la mixité, l'hétérogénéité» des élèves est importante. L'enquête montre également que certains pays – comme la Finlande – réussissent à obtenir de bons résultats quel que soit le milieu d'origine des élèves, alors que ceux qui réussissent en France, en Allemagne ou en Belgique sont plutôt issus d'un milieu favorisé.
«Il n'est pas non plus indispensable de dépenser beaucoup pour réussir»

Ce qui caractérise la jeunesse danoise, c'est son insouciance.
Pas d’examens, un rythme propre à chaque étudiant, un emploi du temps libre :
les Højskole("hautes écoles populaires")proposent une éducation hors compétition, et sans diplômes,
qui permet à l’élève d’exprimer sa créativité et de vivre en communauté.

Lettre ouverte du Lycée Expérimental de Saint Nazaire,
30 ans après
 

Nous ne sommes plus dans une époque où l'adresse d'un citoyen aux salutations libertaires à un camarade Ministre est possible. Nous ne sommes plus dans une époque où l'adresse à une personnalité politique renvoie à son engagement, à ses valeurs.
Aussi, cette lettre ouverte vous est adressée, à vous, personnes de bonne volonté qui pensez que l'éducation n'a pas vocation à former des exécutants, des officiants obéissants plus ou moins élevés dans l'échelle sociale. Vous qui pensez que l'éducation vise à faire découvrir à travers la compréhension de la complexité du monde, sa propre capacité à créer sa vie. A inventer avec autrui des perspectives de société.

Il ya trente ans, Gabriel Cohn-Bendit écrivait une lettre ouverte au camarade Ministre. Il y a trente ans, profitant des cent jours de grâce d'un nouveau gouvernement  au programme commun de gauche, les tribunaux d'exception étaient fermés, la peine de mort abolie, la cinquième semaine de congés payés accordée, les radios libérées, l'adresse de Gabriel Cohn-Bendit au camarade Ministre entendue.
Il y a trente ans, le lycée expérimental de Saint-Nazaire voyait le jour.
Son projet? Accueillir les jeunes en âge d'aller au lycée désirant chercher et inventer, avec une équipe enseignante volontaire, un autre chemin pour apprendre. Un projet éducatif plongeant ses racines dans les pensées de Rabelais, Erasme, Coménius, Rousseau, Freinet, Decroly, Korczak, Rogers etc...Tous ceux, nombreux, qui placèrent la liberté, le respect mutuel et l'humain comme les incontournables d'un rapport aux autres et aux savoirs.
Ce projet exprimait un besoin de jeunes en devenir et d'enseignants en recherche qui dressaient le constat lucide de l'école au tout début des années 80. Constat terrible d'exclusion, d'ennui, d'uniformisation hiérarchisée.
Ce projet est-il désuet?
L'école a-t-elle changé depuis le début des années 80?
Oui! La hiérarchie, le contrôle, l'évaluation, l'autorité y ont été renforcés pour garder l'illusion d'une construction solide alors que tout s'écroule à l'intérieur de l'édifice.
Le projet du Lycée Expérimental a donc de plus en plus de raisons d'être.
Depuis 1982, il a continué à se construire sur les principes de cogestion, c'est-à-dire, un lycée où les élèves et les enseignants s'organisent seuls en partageant le pouvoir et en choisissant ensemble les savoirs à travailler.
Pendant trente ans, alors que partout ailleurs, la compétitivité, l'efficacité, les données statistiques, le fichage l'emportaient sur toute velléité d'éducation émancipatrice, au lycée, nous avons continué à vivre au quotidien des valeurs telles que la coopération, la confiance, le partage, la responsabilité.
Nous avons continué à lutter contre toute vision simplificatrice du monde et donc de la vie de chacun. Nous avons continué à faire confiance, à parler de confiance. Nous avons continué à prendre en compte les paroles singulières même quand elles étaient minoritaires. Nous avons continué à penser que le travail est émancipateur et jubilatoire pour peu qu'on ait la liberté de le choisir. nous avons continué à faire ensemble même si tout pousse ailleurs à l'individualisme et à la compétition. Nous avons continué à inventer des possibles, plutôt que de rester inertes sous le poids des impossibilités qu'on nous ânonne continuellement.
Nous avons continué à ne pas avoir peur.
Nous avons continué parce que, depuis trente ans, des parents trouvent ici une réponse à leurs recherches, parce que chaque année, de nouveaux jeunes veulent prendre leur vie en main, participer et intégrer ce projet, parce que de nombreux enseignants de France et d'ailleurs viennent échanger avec nous sur d'autres façons de faire et repartent pleins de projets qui se heurtent à la frilosité politique actuelle.
Nous allons continuer parce que nous avons des réponses aux questionnements récurrents qui se posent aujourd'hui sur l'école.
Nous avons des réponses à la violence, à la déshumanisation, à la barbarie, à l'échec, à l'anonymat, à la solitude, à l'infantilisation, à la déresponsabilisation, au manque d'appétence pour les savoirs, à la mercantilisation des savoirs.
Nous allons fêter notre trentième anniversaire les 12 et 13 mai 2012. Vous à qui cette lettre s'adresse: jeunes, parents, retraité(e)s, employé(e)s, paysan(ne)s, cadres, cadres supérieur(e)s, enseignant(e)s, chômeurs(ses), journalistes, ouvriers(ères), hommes et femmes politiques etc... vous êtes les bienvenu(e)s pour découvrir nos pratiques, réfléchir à notre école et donc à notre société.
Ensemble, nous pouvons résister aux sirènes alarmistes qui nous entourent. Nous pouvons défendre une école qui rejette les valeurs que nous impose un modèle social et économique en pleine déroute. Nous pouvons décider que la richesse de chacun ne peut se hiérarchiser à l'aune d'une société marchande. Nous pouvons décider de regarder l'autre comme une singularité en devenir.
Nous pouvons être libres, égaux, fraternels.

L'équipe éducative du Lycée Expérimental de Saint-Nazaire


 

LE LYCÉE EXPÉRIMENTAL RECRUTE

C’est un établissement cogéré par les membres de l’équipe éducative (19 personnes) et les élèves (entre 150 et 180 personnes). Le travail dans cet établissement demande intérêt et engagement pour les pédagogies alternatives, la pédagogie en inter et transdisciplinarité et la volonté de travailler en équipe. De plus, chaque membre de l’équipe participe activement à la gestion matérielle de l’établissement, à l’animation et la mise en place des activités institutionnelles et pédagogiques.

Si vous êtes intéressé-e et si vous êtes personnel de l’Education Nationale,
ou susceptible de l’intégrer, adressez un courrier au Lycée Expérimental de Saint-Nazaire au plus tôt.
Des membres de l’équipe éducative sont chargés de l’organisation de ce recrutement qui s’effectue par cooptation. Pour tout contact, demander :
 

Nathalie Bruneau, Jean-Paul Closquinet ou Aurore Debierre.
.
Lycée Expérimental
Établissement public d’enseignement général
17, bd René Coty
BP 272
44600 SAINT-NAZAIRE
Tél : 02 40 66 78 52
Fax : 02 40 22 16 11
ce.0442286w@ac-nantes.fr

 

LYCÉE EXPÉRIMENTAL
DE SAINT-NAZAIRE

 (Extrait du projet pédagogique paru dans le "Guide-Annuaire des écoles différentes, des collèges et lycées différents")

 

CHRONIQUE ORDINAIRE D'UN LYCÉE DIFFÉRENT
(en bas de page)


 LYCÉE EXPÉRIMENTAL
17 boulevard René Coty - B.P. 272
44606  SAINT NAZAIRE
02 40 66 78 52 - fax : 02 40 22 16 11

Coordination : collégiale, par l'équipe éducative
Etablissement public. Création : 1er février 1982.
Second cycle (de 2de à Terminales)
Effectif actuel : 200 élèves.
Cantine cogérée par les élèves et l'équipe (repas de midi : 2 euros).

PROJET D'ÉTABLISSEMENT.
 Le Lycée Expérimental regroupe des enseignants volontaires qui constituent la collectivité "Equipe Educative" et des élèves volontaires constituant la collectivité "Elèves". La reconnaissance mutuelle de ces deux collectivités et leur volonté de travailler en commun constituent la Communauté Educative. Enseignants et élèves ont choisi librement de participer au projet éducatif; ce choix implique une adhésion librement consentie au projet lui-même et la volonté de participer à sa mise en oeuvre.
 Le principe directeur du projet est que chaque élève construit sa propre formation : il définit ses objectifs, participe à la programmation, au suivi et à l'évaluation des activités de formation.
 Cette construction s'élabore dans la confrontation entre les intérêts personnels de l'élève, les objectifs de la communauté éducative et les contraintes de la réalité. Les deux collectivités construisent en commun le cadre institutionnel de cette confrontation. La collectivité "Equipe éducative" et la collectivité "Elèves" sont investies de rôles spécifiques : les enseignants définissent les objectifs généraux de formation aux différents stades, et  les élèves, à partir de leurs intérêts particuliers, élaborent des activités qu'ils programment en concertation avec l'équipe éducative. La définition des rôles respectifs des deux communautés et l'organisation de leur travail en commun constituent la co-gestion  de l'institution. Elle implique que chaque collectivité respecte les décisions prises en commun.  Le fonctionnement des activités de formation nécessite la gestion des services de la vie communautaire et des relations avec l'extérieur. Les décisions concernant cette gestion sont prises par une instance où siègent à égalité de droits des représentants désignés de l'équipe éducative et des élèves. Cette instance établit les règles de fonctionnement de la communauté, et délégue à une instance exécutive, composée d'enseignants et d'élèves, la responsabilité de mettre en pratique ses décisions, d'assurer les services et de mener les actions nécessaires au fonctionnement des activités de formation.

Structures pédagogiques (rentrée 98)
 Le dispositif en vigueur aujourd’hui est la mise en pratique, effectuée à partir des des propositions faites par les deux collectivités - membres de l’Equipe Educative et Elèves - des principes contenus dans le projet d’établissement.
Ce projet a été rédigé par l’Equipe en 1988. Il doit sa formulation à l’expérience commune acquise par les membres de l’Equipe et les élèves au cours des 6 premières années de fonctionnement du lycée.
Il reste le principe directeur des actions qui se mènent et constitue le texte auquel le Conseil d’Etablissement se réfère dans ses décisions.
L’essentiel des structures en cours n’a pas subi de modifications atteignant au fond u projet pédagogique global.

La réflexion sur les contenus se mène toujours dans les «départements» qui rassemblent des Membres de l’Equipe  éducative (Mee) désignés au sein de l’Equipe et des élèves volontaires.
Ces départements sont au nombre de trois, qui entendent traiter chacun d’une approche spécifique de la réalité à travers des contenus et des méthodes, soit les départements Nature (réalités physiques y compris l’homme dans sa réalité biologique), Humanité (réalités produites par l’homme), Discours (l’expression de l’homme sur ces réalités : la rhétorique et la poétique).

Outre une réflexion générale sur les champs de savoir qu’ils recouvrent, ils ont pour mission de mettre en forme des projets d’ateliers, sans s’interdire la réflexion sur toutes les activités menées au lycée.
L’atelier, qui occupe toujours les matinées de la séquence (deux semaines ou une semaine selon les contraintes du calendrier), reste le lieu privilégié du travail pluri-disciplinaire. Il rassemble toujours un groupe d’élèves et, dans la plupart des cas, deux membres de l’équipe éducative.
Les Mee animateurs des ateliers sont désignés par une instance nommée «commission de programmation» où sont représentés les départements à raison d’un délégué Mee et un délégué élève. Ils sont nommés en tenant compte de leurs compétences, mais aussi de leur intérêt pour les sujets choisis et la possibilité de constituer des «doublettes» (association de deux Mee) dans lesquelles les Mee sont susceptibles de se compléter.

A titre d'exemples : liste des ateliers du 23/11 au 04/12/98 :
- "La guerre de Troie n'aura pas lieu" : étude de la pièce et jeu de certaines scènes.
- "Arrête ton char" : apprentissage du char à voile.
- "La 2° guerre mondiale" : étude à travers des films documentaires et de fiction.
- "Les maladies" : définition et typologie.
- "Remix" : photos pour une exposition au Musée des Beaux Arts de Nantes.
- "Festival des 3 continents" : visionnage des films, écriture.
- "Sur les chemins de St Jacques de Compostelle" : étude des pélerinages et préparation d'un pélerinage laïc.
- "Maths Terminale S" : fonctions et nombres complexes.
 Les après-midi sont consacrés à deux types d’activités :
- des Travaux Dirigés (TD) conçus et programmés par l’équipe. Y sont traitées les questions de contenus et les méthodes spécifiques à la préparation des examens ainsi que les apprentissages exigeant un travail soutenu et régulier (langues, pratique des arts, entraînement aux exercices des disciplines scientifiques, pratique de l’écrit ...)
- Des séances bi-hebdomadaires de travail pouvant se programmer sur des durées longues, voire sur l’année, destinées particulièrement aux élèves de niveau seconde.
Ces travaux appelés «Modules», visent à permettre aux élèves d’utiliser les connaissances et les savoir-faire acquis au cours des différentes activités dans l’étude de faits de société (p.e. le rôle de l’argent dans la société contemporaine), de grandes questions de l’humanité (p.e. «Café-Philo») ou de réalisations pratiques (p.e. réalisation d’un court-métrage vidéo).
Ces Modules sont co-programmés par des Mee et des élèves, la plupart du temps sur des propositions de ceux-ci.
- des activités appelées «Travaux d’Elèves» (T.E.), conçues, programmées et animées par des élèves qui peuvent ou non demander l’aide de Mee.

La programmation de toutes les activités est validée par le Conseil d’Etablissement.
Le suivi de ces différentes activités s’effectue dans deux structures : les groupes de niveau et les groupes de suivi.
 - Les groupes de niveau rassemblent les élèves engagés dans un même projet de formation sur l’année : Détermination, c’est-à-dire élèves sortant d’une Troisième ou niveau équivalent et menant sur l’année des activités de formation générale, Premières et Terminales.
Ces groupes de niveau ont pour mission de mener une réflexion critique sur l’ensemble des activités (contenus, méthodes, rythmes) déjà engagées et de préparer les prochaines programmations dans chaque niveau concerné.
Ils se réunissent au moins une fois par période, la période étant l’intervalle entre deux congés scolaires (encviron 7 semaines), et peuvent se réunir à leur initiative à chaque fois qu’ils  en ressentent la nécessité.
L’équipe affecte à l’année des Mee à ces groupes.
 - Les groupes de suivi ont pour mission de placer les élèves, pris ici comme de sindividus, dans une réflexion sur leur propre parcours dans les différentes activités qui leur sont proposées, puisqu’aussi bien la possibilité de choix leur est toujours donnée.
Là aussi, un regard critique est porté sur les activités.elles-mêmes, mais en tant qu’elles retentissent non plus seulement sur la réalisation d ‘un programme commun de formation, mais sur les projets individuels qui fondent pour chaque élève son appartenance au lycée et son adhésion au projet d’établissement.
Ces groupes sont formés au sein des Groupes de base, groupes dans lesquels sont répartis en début d’année tous les élèves en fonction de critères de représentativité de la population du lycée (sexe, niveau, ancien/nouveau). La répartition des élèves dans ces groupes est faite, dans une période de pré-rentrée, par les «anciens élèves», c’est-à-dire les élèves qui vont effectuer une nouvelle année au lycée. L’équipe affecte trois Mee par groupe de base.
C’est donc dans ces Groupes de base que sont formés les Groupes de suivi, sur la base d’une dizaine d’élèves et d’un Mee.
Ils se réunissent une fois par quinzaine.

Autres caractéristiques :
 - "Solidarité" : Etant en relation avec une école de Koudougou (Burkina-Faso), nous avons accueilli à trois reprises un groupe de jeunes de cette école qui tourne régulièrement en France et en Belgique (spectacles de chants et danses mettant en scène leurs traditions) pour recueillir des fonds et financer leur école. Nous les hébergeons et organisons leur tournée dans la région. Un groupe de lycéens s'est rendu à Koudougou en 1987 et en 1991.
 - Inscriptions : nous demandons à chacun de nos nouveaux élèves d'effectuer au préalable un stage de 15 jours .

Documents disponibles :
 - "Création ou re-création. le lycée expérimental. Lecture à plusieurs voix"   (Ed. Syros - 85 - actuellement épuisé...)
 - A l'occasion du 10ème anniversaire (1992), plusieurs commissions (élèves, enseignants, anciens, personnes extérieures...) ont travaillé sur différents thèmes autour de cette expérimentation, et rédigé des synthèses. Disponibles au Lycée.

PHOTO D'ARCHIVES :LE LYCE EXPERIMENTAL EN 1984, AVEC GABY COHN-BENDIT.
Photo d'archives : le lycée expérimental en 1984, dans des locaux provisoires,
avec Gaby Cohn-Bendit (l'un des profs à l'initiative du projet).

 © Photo Daniel Maunoury - Canicule

 
 
«CHRONIQUE ORDINAIRE D'UN LYCÉE DIFFÉRENT»

Ébauche que je propose 
et questions que je me pose.... 

par François 
Septembre 99. Voilà la cinquième rentrée que je fais au lycée expérimental. Comme tous les ans, ma machine met du temps à se mettre en marche. Mais cette année, beaucoup plus que d'habitude. Plus une trace de ceux qui sont arrivés avec moi. C'est assez démoralisant. On a l'impression de regarder les autres évoluer et de stagner. 

Si je suis venu ici, la première année, c'est parce que l'école traditionnelle m'était devenue insupportable. Pas à tous les nivaux. Certaines matières m'intéressaient beaucoup, mais il suffisait que le prof soit un peu trop autoritaire, que nos rapports ne soient pas assez humains, pour que je n'en foute plus une. En gros, je faisais ce qui me plaisait, et, pour passer le temps, dans les autres cours, je foutais le souk. 

Au lycée expérimental, j'ai rencontré des gens, profs et élèves, avec qui il était possible d'entreprendre des choses sans jouer au jeu du dominant et du dominé. Les rapports n'étaient pas truqués et líon pouvait, de ce fait, aboutir à une forme d'apprentissage aussi agréable à l'un et à l'autre. Le partage des tâches dans la gestion de l'établissement, l'égalité de pouvoir entre les deux collèges qui constituent l'ensemble de la collectivité, la possibilité d'apprendre ce que l'on voulait, ce qui nous passionnait; autant de choses établies ensemble, voilà ce que je trouvais sensationnel. 

Une équipe de journalistes, venus faire un reportage sur ces pratiques nouvelles d'enseignement, avait même intitulé celui-ci "le lycée de rêve". Effectivement, c'est un lycée de rêve, où la liberté d'entreprendre n'est stoppée que par des manques mineurs de matériels ou de compétences. Ce qui laisse un éventail d'activités très large. Le lycée expérimental n'a certainement pas fini d'innover et d'évoluer. 

Mais on ne peut pas y passer sa vie. Les réalités économiques et sociales veulent qu'à un certain moment, on quitte l'école pour aller se vendre sur le marché du travail. Ma situation l'exigeait, et c'est pour cette raison que je pensais ne pas me réinscrire pour la rentrée de septembre 99. Je m'apprêtais donc à quitter ce lieu enchanteur, ce cocon qui nous préserve un peu de la dure réalité. Engageant les démarches nécessaires pour obtenir une formation qualifiante afin d'accéder à un emploi stable (c'est le langage du dehors), j'ai été mis au parfum rapidement. Non diplômé, tout ce que l'on pouvait me proposer était d'entrer dans une formation de 18 mois pour me consolider un projet professionnel. Formation réservée aux jeunes en grande difficulté et en situation d'exclusion. 
Or, je ne pense appartenir ni à l'une, ni à l'autre de ces deux catégories. 
Le marché de l'emploi est très injuste : selon ton parcours scolaire, il te classe dans une catégorie qui décidera de ton orientation. Je refuse tout net de rentrer dans ce jeu-là. C'est pourquoi je suis revenu cette année au lycée expérimental. Je suis revenu en me donnant une ultime chance de réaliser mon projet, c'est-à-dire avoir mon bac. 

Moi qui voue une passion pour ce lieu, ce qu'on y fait, et les gens qui y vivent, je n'échappe pas au sentiment d'être en décalage. J'ai l'impression, comme un vieux con, de ne plus y avoir ma place. Je n'ai plus le désir de m'investir comme je l'ai fait il y a deux ou trois ans. 
Une de mes passions reste l'écriture. Et l'idée d'écrire un bouquin sur une entreprise aussi passionnante que ce lycée expérimental est alléchante. Après tout, c'est l'endroit qui m'a redonné le goût d'apprendre, de vivre une période de mon adolescence, et d'évoluer. Il y aurait beaucoup à dire sur mes années passées ici. 
J'espère que mes mots sauront traduire, avec précision, ce qui s'est passé en moi depuis quatre ans. 

Extrait de
«CHRONIQUE ORDINAIRE D'UN LYCÉE DIFFÉRENT»



 

À la suite d’une conférence qu’ils étaient allés faire à Nancy pour présenter leur lycée, François, Régis et Sylvain, trois élèves, et Jean-Paul, un prof, ont écrit pour partager leur expérience de ce lycée public pas comme les autres : le Lycée Expérimental de Saint-Nazaire.
Pendant une année scolaire, ils se sont réunis tous les jeudis au bistro pendant l’heure du midi afin d’échanger sur leurs écrits de la semaine, en discuter, définir éventuellement les nouvelles pistes à explorer, ajuster le plan général et harmoniser les travaux.
Cette chronique raconte ce qu’ils ont vécu ainsi que les analyses que cela leur a inspirées sur le lycée, l’école et le monde.
Eh oui, il est possible de faire autrement et ça marche !
Des élèves impliqués qui cogèrent leur établissement avec des membres d’une équipe éducative.
Un lieu pour s’instruire où l’expérience est possible et l’erreur considérée comme une chose bien normale quand on veut apprendre. Pas de conseil de classe ni de bulletins mais des groupes institutionnels qui suivent les projets de chacun.
Une aventure humaine riche en rebondissement qui dure depuis 1982 !

CHRONIQUE ORDINAIRE D’UN LYCÉE DIFFÉRENT

De Régis BERNARD, Jean-Paul CLOSQUINET et François MORICE

Préface de Lucette VALLES
Dessins de Sylvain ORTEGA
———————————————————————————

Nouvelles Pédagogies - Ed. L'Harmattan
ISBN : 978-2-296-02898-2 • 236 pages 
Dans toutes les bonnes librairies !



A partir du Lycée expérimental de Saint-Nazaire,
qui représente un courant de pensée (éducatif/pédagogique et…politique) 
et de ses élèves (ceux de 81 et ceux d’aujourd’hui), 
j'ai eu envie de comprendre, "ce qui avait bien pu changer entre ces deux époques…
Pourquoi ce retour à l'ordre et à l'autorité, 
et pourquoi aujourd'hui (plus qu'hier?) dit-on que l'école est en crise? "
"Quelle École pour demain?"
 "l'école, un monde à construire"
un film de Patrick Le Ray


LE GUIDE ANNUAIRE DES ECOLES DIFFERENTES

Présentation | SOMMAIRE |
| Le nouveau sirop-typhon : déplacements de populations ? chèque-éducation ? ou non-scolarisation ? |
| Pluralisme scolaire et "éducation alternative" | Jaune devant, marron derrière : du PQ pour le Q.I. |
| Le lycée "expérimental" de Saint-Nazaire | Le collège-lycée "expérimental" de Caen-Hérouville|
| L'heure de la... It's time for ... Re-creation | Freinet dans (?) le système "éducatif" (?) |
| Changer l'école | Des écoles différentes ? Oui, mais ... pas trop !| L'école Vitruve |
| Colloque Freinet à ... Londres | Des écoles publiques "expérimentales" |
| 68 - 98 : les 30 P-l-eureuses | Et l'horreur éducative ? |