alternatives éducatives : des écoles, collèges & lycées différents
| Présentation | SOMMAIRE |
I Des écoles différentes ? Oui, mais ... pas trop ! I
 

Si le cancre est un enfant qui n’aime pas l’école, car en retard ou en échec scolaire,
existe-t-il des méthodes pédagogiques nouvelles qui permettent de l’aider ?
Après un reportage dans un collège de garçons du XXe arrondissement de Paris,
Marc Gilbert tente de répondre à la question avec ses invités …
 
 
 
 

Rassemblée Générale de la tache d’huile
Vendredi 12 avril 2013 à partir de 20h à l’école Vitruve
(3 Passage Josseaume, Paris 20ème)

Débat-conjugaison autour de la question suivante : "Pourquoi l’école Vitruve n’a-t-elle pas fait tache d’huile ?" Ou "Pourquoi l’école Vitruve ne fait pas tache d’huile ?" Ou "Pourquoi l’école Vitruve ne fera pas tache d’huile ?" Ou "Pourquoi l’école Vitruve devrait-elle faire tache d’huile ?" etc.

Cette question, posée des dizaine de fois, au cours des 50 dernières années, est étrangement intéressante. Et surtout : d’actualité. Davantage sur ce qu’elle dit de la société, de l’époque, des gens et des modes de pensées concernant l’école que sur les réponses qu’on peut y apporter. Mais c’est bien au-travers des réponses, des mots qui seront utilisés pour le dire qu’on pourra, peut-être, y voir plus clair dans ce qu’il faut faire, reste à faire, reste encore à faire.

Cette Rassemblée Générale du 12 avril s’inscrit dans les événements et manifestations qui vont ponctuer la commémoration des 50 ans d’existence de l’école Vitruve qu’elle organise actuellement. L’école Vitruve est animée et cogérée par une équipe d’instits selon des modes et des principes éducatifs différents dans le cadre du service public de l’Education nationale. Son projet éducatif s’attache à promouvoir la coopération et l’entraide mutuelle, l’ouverture vers la communauté scolaire et l’éducation par la citoyenneté et l’autonomie.

Association des Amis de l’Ecole Vitruve


2016
école autrement, école alternative, école différente, collège lycée expérimental ...
Une autre école est-elle possible?
Pour, dans, une autre société ?
... on peut tout de même très légitimement se demander si le ministre est bien vraiment toujours - et sera encore - celui de l'éducation, et ... «nationale» ?
Ou celui des multinationales ?
Et de quel type d'«éducation», d'«école», celles-ci ont-elles besoin: Pour quel type de «société» ?

«Possible» ?!      On peut aussi faire pire : c’est en cours.
Mais un jour, le paysage sera redessiné, le puzzle sera terminé et tout le monde n'y aura vu que du feu.


I Une école différente ? Pour une société différente ? Qui n'en veut ?! I Des écoles différentes ? Oui, mais ... pas trop |
| L'heure de la... It's time for ... Re-creation | Appel pour des éts innovants et coopératifs |
I Obligation scolaire et liberté I | Une école différente ? Pour une société différente ? Qui n'en veut ?! I

Quelques autres "rubriques", parmi beaucoup d'autres, toujours d'actualité :
les rapports parents-profs, la maternelle à 2 ans, l'ennui à l'école les punitions collectives,  le téléphone portable, l'état des toilettes, le créationnisme...
 

"à propos de collège ... où en sont les projets de création de collèges et lycées "expérimentaux" (publics)?"
Rentrée 2008 : Peut-être, tout simplement, pour ceux n'ayant pu bénéficier d'un charter vers l'Afrique,
trois ou quatre "charter schools" made in france ?

Vitruve,
une école perpendiculaire.
par l'équipe de la rue Vitruve

(Archives : "Alors, on n'a pas école aujourd'hui ?")
  

L'ÉCOLE VITRUVE

Extrait du Guide-Annuaire "des écoles différentes"

Une école où depuis 40 ans, une équipe d'enseignants s'est mobilisée pour que des enfants ne soient pas dès l'âge de huit ans exclus de la société de demain par leur échec scolaire.
 


Des réunions d'informations sur Vitruve 
ont lieu à l'école certains jeudis, à 17h
Prochaine réunion : 

ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE VITRUVE
1 - 3  passage Josseaume
75020 Paris
01 43 70 50 95
 

Établissement public
Cycle scolaire : du C.P. à C.M.2
Effectif : 250 enfants (28/classe en moyenne). Externat.
Création : en 1962, sous la tutelle de l'Inspecteur Départemental M. Gloton, un équipe d'enseignants se regroupe autour d'un projet : combattre l'échec scolaire, développer l'autonomiedes enfants, être des enseignants chercheurs, acteurs de la recherche pédagogique, ouvrir l'école sur le terrain autour d'unevie de quartier.

Les objectifs :
- Permettre à chaque enfant de trouver une place et un statut.
- S'adapter de façon dynamique à la situation des enfants de l'école (travail par cycles, groupes de niveau, soutien ponctuel)
- Assurer le suivi et la cohérence du cycle primaire et tenter de le faire en amont et en aval (maternelles et collèges).
- Assurer la cohérence éducative avec la famille par l'information et la concertation.

Depuis 40 ans :
- des classes vertes dans toute la France.
- des échanges avec des écoles européennes.
- des semaines à thème (ex. semaine africaine, semaine de la lecture...) aboutissant à des spectacles, expositions, repas, organisés par les enfants et ouverts à tous,
- publication de brochures, de journaux (dont le fameux "Caca-pétard", réalisation de films (avec le "Grain de Sable"),
- mise en place d'une chaîne de TV interne : Canal Vitruve.
- participation à une expérience de vidéo de quartier,
- collaboration avec de nombreux centres de formation (d'enseignants, de travailleurs sociaux...),

Bibliographie :
- "En sortant de l'école" (Casterman) - "Vitruve Blouse" (Syros)
- plusieurs livres et brochures sur les voyages-expéditions-classes vertes.
(s'adresser à l'école)
- Films sur, ou avec la participation de l'école Vitruve, notamment "Votre enfant m'intéresse" et "On n'est pas des minus" (rediffusé sur Arte cet été),
disponibles en vidéo-K7 au "Grain de Sable", 206 rue de Charenton, 75012 Paris
(01 43 45 00 12 - fax : 01 40 19 07 56)

ON N'EST PAS DES MINUS - FILM DE J.M. CARRE/GRAIN DE SABLE, AVEC LES ENFANTS DE L'ECOLE VITRUVE.
Extrait de "On n'est pas des minus".

- Certains jeudis, à 17 h. en principe :  réunion d'informations.
- La célèbre "Braderie" se déroule désormais chaque automne.

 n  n  n

"... car avant d'être des fonctionnaires,
nous sommes des enseignants,
des éducateurs,
des citoyens."











UNE ÉCOLE PRIMAIRE, PUBLIQUE.

   Une école où depuis 40 ans, une équipe d'enseignants s'est mobilisée pour que des enfants ne soient pas dès l'âge de huit ans exclus de la société de demain par leur échec scolaire.
   Dans ce quartier particulièrement défavorisé, les enseignants tous volontaires se sont attachés, en y associant au maximum les parents, à combattre cet échec d'autant plus lourd pour l'avenir des enfants qu'il est précoce : 93% des enfants qui redoublent le Cours Préparatoire n'arriveront jamais en seconde de lycée, d'après les statistiques nationales.
   Participant aux travaux de la recherche pédagogique, réfléchissant en équipe, nous n'avons jamais accepté le déterminisme des origines socio-culturelles comme une fatalité, convaincus que pour devenir des citoyens actifs de la société française de demain, tout individu doit pouvoir posséder la mémoire de ses origines. Nous avons voulu que puissent vivre dans l'école les différentes cultures de nos élèves.
   Cette mosaïque interculturelle est l'indispensable contact avec leurs racines pour les enfants immigrés, et ouverture sur la pluralité, apprentissage de la tolérance pour les enfants français.
   Conscients que l'avenir de ces enfants est dans l'ouverture sur l'Europe et sur le Monde, quelle que soit leur nationalité d'origine, nous avons pris contact avec des écoles d'Italie, du Portugal, d'Allemagne, de Hongrie, d'Algérie, et nous avons
organisé des échanges.

   Jamais cette école n'a bénéficié de moyens exceptionnels, et ce qui a été mené ne l'a été que par la volonté et l'énergie de ceux qui y participent et la font vivre, car avant d'être des fonctionnaires, nous sommes des enseignants, des éducateurs, des citoyens.
   Nous pensons qu'au-delà des applications des circulaires et des directives, nous avons la responsabilité de former  "des individus capables d'innover au lieu d'emboîter le pas aux générations précédentes, des individus à l'esprit inventif et créateur, des découvreurs", comme le dit le Rapport du Conseil de l'Europe sur l'Innovation dans le Primaire.
   Reconnus comme équipe expérimentale associée à l'Institut National de la Recherche Pédagogique jusqu'en 1980, date à laquelle M. Beullac a supprimé ce statut, nous avons par la suite continué notre travail sous le contrôle de notre Inspecteur départemental, et en liaison avec la Direction des Ecoles au ministère.

Le quartier : la convivialité.
   Il faut chercher les conditions de la réussite de Vitruve, de son  impact et de son rôle dans le quartier et au delà, dans la volonté toujours affichée de ses "animateurs" de constituer là un pôle attractif, une ouverture, un possible.
   L'école est un lieu de culture, de toutes les cultures et sous toutes ses formes. Mieux vivre l'école pour mieux la comprendre. Donc y entrer.
   On ne dira jamais assez qu'une des clés de sa longévité réside, d'évidence, dans ses choix d'ouverture qui sont d'abord des choix sociaux. Et le social a de ces sourires ! Repas, danses, fêtes, expositions, réunions, toutes ces manifestations égrènent la démarche vitruvienne. Illustrations du travail des enfants, écrits et images, les expos marquent la vie de l'école. Elles sont la marque de l'école.
   Créer l'ambiance, permettre l'échange, la rencontre, le regard. Notre volonté est là. Délibérée.
   Cette attitude se retrouve aussi dans l'utilisation des locaux. Bruits et couleurs des couloirs. Lieux de circulation des gens et des idées. Les idées ne circulent ni au sifflet ni en rangs. Les gens non plus.
   Cette entrée d'école où on peut entrer, s'asseoir, discuter, se voir. Où l'enfant n'est pas déposé comme une marchandise, reprise le soir, à heure fixe, à regards fixes.
   Ces couloirs entrecoupés d'images, de rendez-vous, d'informations. Livres de lecture active. Cet amphi, réunion de toutes les fêtes, de toutes les paroles. La place de la Réunion est à nos portes. Ce ne peut être un hasard. L'école est ouverte.

L'ÉQUIPE.
   Cette ouverture au monde si souvent réclamée dans les écoles suppose une nouvelle pratique du métier d'instituteur. La cohérence de l'école passe avant tout par la cohérence d'une équipe qui se réunit régulièrement pour poser et résoudre les
problèmes, adopter des réponses communes. Nouvelle pratique du métier, collective et non isolée dans une classe, collégiale et formatrice, diversifiée et ouverte sur la cité : voilà ce qui fonde et constitue l'équipe Vitruve.

L'équipe à Vitruve.
   Le travail en équipe s'établit à partir de réunion d'idées.
   Cela s'exprime au niveau de l'enfant par la lutte contre l'échec scolaire, par la modification du statut de l'enfant (c'est-à-dire de son rapport au Monde et du Monde avec lui, ce qu'il est capable de faire dans un monde géré par les adultes, ce
qu'il est autorisé à faire ; par exemple s'adresser aux autorités), et par des contacts, des ouvertures de plus en plus larges, de l'école au quartier, du quartier à la ville, de la ville au pays, puis au Monde...
Cela s'exprime au niveau de l'adulte par une réalité de travail différente, par des contacts avec d'autres gens (pas seulement des pédagogues) dans et hors de l'école, par une certaine façon de vivre et de décider de sa propre histoire, et par une amélioration sensible des possibilités d'actions sur son environnement physique, social et mental.

Pratiques et réalités.
- Agir dans toutes les classes. Mobilité institutionnelle.
- Capacité d'intervention sur n'importe quelle classe durant toute une année scolaire (p. ex. : pas de spécialiste du CE2).
- Capacité d'intervention à deux instituteurs sur un même niveau.
- Capacité d'intervention sur l'ensemble de la communauté école : animer un conseil d'école, animer un conseil de banque, faire une gazette ou un journal d'école, animer la radio de l'école...
- Capacité d'intervention sur l'ensemble des classes : de façon temporaire (soutiens divers en CM2 par des instituteurs de CE1), et de façon permanente (animation d'un groupe de CM2 sur une durée précise par des instituteurs de CE2 et CM1).

Intérêts de cette pratique :
   Une vision globale de la réalité scolaire. La connaissance de l'ensemble des enfants de l'école. La richesse des échanges et des confrontations avec les autres membres de l'équipe. La diversification du travail. La formation continue au métier d'instituteur.
Ce travail d'équipe réduit la pratique du redoublement jusqu'à l'annuler, et coûte moins cher à la collectivité.
   Petit problème : depuis que l'école Vitruve existe combien a-t-elle fait économiser à l'Education Nationale, sachant qu'une école de 10 classes isolées fait redoubler en moyenne deux enfants par classe chaque année ?

La formation des adultes.
   Notre école est également un "lieu de formation" reconnu par différents organismes ainsi que par le Ministère de l'E.N.
L'équipe pédagogique joue donc un rôle de formateur auprès de stagiaires que nous recevons chaque année, et ce, pour une période de deux semaines à trois mois. Formateur également pour toute personne de France et d'autres pays souhaitant connaître et comparer notre projet pédagogique et les différents systèmes scolaires existants en France.

QUE PERSONNE NE BOUGE !

LE SITE DE L'ÉCOLE VITRUVE


A R C H I V E S 
Après 40 ans d’existence, 
l’École Vitruve a fait son inventaire

 Mardi 17 janvier 2006 

Projection du film 
 «Paul Robin -  Suffit-il de décréter l'égalité pour la faire ?» 
de Richard Hamon

Suivi d’un débat avec Anne Querrien
 Auteur de «  L’École mutuelle, une pédagogie trop efficace ? »
Ed. Les empêcheurs de tourner en rond.
 

L’école Vitruve est une école publique située dans le quartier de la Réunion à Paris, dans le XXème art. C'est une école différente, à l'intérieur de l'Education Nationale, par les projets que les enfants et les adultes y réalisent, par les idées et les travaux qu'ils développent notamment pour ce qui concerne les concepts de "citoyenneté" et "d'autonomie". 

L'école Vitruve existe depuis 1962.

Cette année, pour Vitruve, c’est l’heure du bilan, de l’inventaire, des interrogations et des doutes…

Parce que Vitruve se questionne, s'interroge sur :

Son avenir,

·        L'intérêt de continuer l'aventure,

·        Sa place au sein du service public d'éducation,

·        Le regard que porte l’Education Nationale sur une expérience quarantenaire,

·        L'ambiance générale, peu favorable aux expérimentations éducatives différentes,

·        L'état de la société, son désintérêt inquiétant à l'égard des débats nécessaires sur l'éducation,

·        Les réponses toutes faites, passéistes, nostalgiques ou autoritaires qui se prétendent à la hauteur des enjeux éducatifs.

Alors un inventaire, pour faire un bilan ?... 

Avant solde de tout compte ?..


LE GUIDE ANNUAIRE DES ECOLES DIFFERENTES

| Présentation | SOMMAIRE |
| Le nouveau sirop-typhon : déplacements de populations ? chèque-éducation ? ou non-scolarisation ? |
| Pluralisme scolaire et "éducation alternative" | Jaune devant, marron derrière : du PQ pour le Q.I. |
| Le lycée "expérimental" de Saint-Nazaire | Le collège-lycée "expérimental" de Caen-Hérouville|
| L'heure de la... It's time for ... Re-creation | Freinet dans (?) le système "éducatif" (?) |
| Changer l'école | Des écoles différentes ? Oui, mais ... pas trop !| L'école Vitruve |
| Colloque Freinet à ... Londres | Des écoles publiques "expérimentales" |
| 68 - 98 : les 30 P-l-eureuses | Et l'horreur éducative ? |