alternatives éducatives : des écoles, collèges et lycées différents
| Présentation | SOMMAIRE |
I Obligation scolaire et liberté I Des écoles différentes ? Oui, mais ... pas trop ! | Une école différente ? Pour une société différente ? Qui n'en veut ?!
| Appel pour des éts innovants et coopératifs | Obligation scolaire et liberté I L'heure de la... It's time for ... Re-creation |

Quelques autres "rubriques", parmi beaucoup d'autres, toujours d'actualité :
les rapports parents-profs, la maternelle à 2 ans, l'ennui à l'école les punitions collectives,  le téléphone portable  , l'état des toilettes, le créationnisme...
 

Étonnant de voir Nicolas Sarkozy reprendre un terme rendu célèbre par Ségolène Royal... 
« LA FRATERNITÉ RELÈVE DE L'ORDRE MORAL»
L'utilisation du mot « fraternité» hors contexte républicain nous vient de l'extrême droite, plus précisément du poujadisme.
On va beaucoup entendre parler de «fraternité» dans les semaines qui viennent, pour éteindre l'incendie. 


Les propositions de Ségolène Royal pour lutter contre la délinquance des jeunes relèvent de "la surenchère démagogique" et "augurent bien mal de la campagne électorale à venir",
estime le Syndicat de la Magistrature.

Proposition de loi PS au Sénat pour un service civique obligatoire
Service civil volontaire : seuls 2.500 jeunes ont signé.



BRITISH WAY OF LIFE
Le "modèle" anglo-saxon,  libéral  ... et blairo-socialiste...

- "la connaissance la plus compétitive" :
Royaume-Uni : 35% des élèves de 11 ans ne savent pas lire

- "une plus grande cohésion sociale" :
Un demi-million de «sans-logement» en Grande-Bretagne
A Londres, un enfant sur deux sous le seuil de pauvreté

Un demi-million d'enfants britanniques travaillent "illégalement"

Royaume-Uni : «tolérance zéro» et conditions de détention intolérables
Plus de dix milles jeunes délinquants britanniques sont emprisonnés
«Le bilan du Royaume-Uni en terme d'emprisonnement des enfants
est l'un des pires qui se puisse trouver en Europe.»
Tony Blair : "tolérance zéro" face aux éléments perturbateurs dans les écoles

Plus de 350 000 Britanniques ont quitté leur île en 2005
pour jouir d'une vie meilleure.
Les jeunes Britanniques se voient vivre ailleurs
difficulté d' acquérir un logement, hausse de la fiscalité et indigence des services publics,
en particulier les transports et le système de soins.

De plus en plus d’étudiantes se prostituent ou travaillent dans l’industrie du sexe
pour payer les frais d’inscription de leur université

 


Ségolène Royal rend hommage à la politique de Tony Blair
 

LONDRES --afp 060202-- - Ségolène Royal, jugée par des sondages la meilleure candidate de gauche à la présidentielle française de 2007, rend hommage dans le Financial Times jeudi aux politiques du Premier ministre britannique Tony Blair, qu'elle estime "caricaturé" en France.

"Cela ne me gêne pas d'afficher mon adhésion à certaines de ses idées", déclare Mme Royal, dont l'opinion va à l'encontre de la méfiance dominant envers Tony Blair parmi les autres dirigeants du parti socialiste.

"Il a réinvesti dans les services publics. Face au chômage des jeunes, il a obtenu de vrais succès en recourant à plus de flexibilité et plus de sécurité", dit la présidente de la région Poitou-Charentes (ouest).

"Les jeunes diplômés", poursuit-elle, "sont mieux traités au Royaume-Uni qu'en France. Ce n'est donc pas uniquement pour des raisons fiscales que tant de nos jeunes quittent la France pour aller travailler dans la City de Londres".

"Nous ne devons être bloqués sur aucun sujet, comme les 35 heures par exemple", affirme encore l'ancienne ministre.

Interrogée sur ses propres ambitions présidentielles, Mme Royal affirme que son compagnon François Hollande, premier secrétaire du PS, et elle-même décideront "ensemble en tant que couple" en septembre lequel d'entre eux devra proposer sa candidature aux militants socialistes.

Le parcours de Ségolène Royal dans les enquêtes d'opinion suscite de plus en plus d'articles dans la presse britannique, qui souligne à chaque fois l'imbrication de ses vies politique et personnelle.

"Si on se mariait maintenant, tout le monde dirait que c'est une manipulation", répond la députée au journaliste du "FT" qui lui demande si elle a envisagé d'épouser François Hollande.



«Ce qu'il nous faut en France, c'est un Tony Blair.
Un type de gauche qui fait une politique de droite.» 
Sarko, le "grand"  ("L'aîné des Sarko" - Par Pascale NIVELLE - Libération, le 03 04 2003)
----------
Tony Blair, dirigeant étranger qui impressionne le plus Sarkozy
17/01/04 - afp - Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur, a affirmé que Tony blair était le dirigeant étranger qui l'impressionnait le plus, dans une interview à L'Express, à paraître lundi.
A la question: "Quel dirigeant étranger vous impressionne le plus ?", M. Sarkozy a répondu: "Tony Blair. Pour deux raisons. Il a fait bouger les lignes, rassemblant la gauche en réduisant une partie de la droite. C'est pourquoi il a pu réformer son pays. Et pour sa liberté de ton, après six ans de pouvoir".


Nicolas Sarkozy rend hommage à Tony Blair
NOUVELOBS.COM | 30.01.2007
Le candidat de l'UMP a rendu hommage au Premier ministre travailliste Tony Blair, le considérant, le temps d'un lapsus, comme un membre de sa famille politique.

Nicolas Sarkozy a rendu hommage mardi 30 janvier au Premier ministre britannique, Tony Blair, au point d'en faire, le temps d'un lapsus, un membre de sa propre famille politique.

"La façon dont il a conduit la Grande-Bretagne avec la résolution du problème de l'Irlande du Nord, le plein emploi, la modernisation du pays, c'est quelque chose qui doit nous faire réfléchir", a déclaré le candidat UMP à la présidentielle après un déjeuner au 10 Downing Street.

"Il ne s'agit pas de plaquer un modèle qui n'est pas le nôtre. Mais en même temps, Tony Blair est un homme dont le pragmatisme a été très utile à son pays", a-t-il ajouté.

"Les socialistes européens devraient être fiers de ce qu'a fait l'un des nôtres", a-t-il poursuivi avant de rectifier : "l'un des leurs."
 

Nicolas Sarkozy a déjeuné avec le Premier ministre britannique Tony Blair.

Le 10, Downing Street assurait que la campagne présidentielle française ne figurait pas au menu des discussions entre Tony Blair et Nicolas Sarkozy, reçu en tant que ministre de l'Intérieur et non candidat à l'Elysée, pour évoquer la lutte antiterroriste, les questions européennes le Proche-Orient, ou le réchauffement climatique.

Et "si Ségolène Royal veut venir à Londres et rencontrer le Premier ministre je suis certain que le Premier ministre sera ravi de la rencontrer", ajoutait un porte-parole.

"Bon exemple de pays" 

Escorté par une nuée de journalistes, Nicolas Sarkozy a visité les Cabinet War Rooms (quartier général souterrain de Winston Churchill pendant la Deuxième Guerre mondiale) et le musée Churchill et devait rencontrer dans la soirée l'importante communauté française de Londres, à Old Billingsgate Market, un ancien marché au poisson victorien reconverti en centre de conférences.

Il s'est aussi arrêté dans une agence pour l'emploi JobCentre Plus dans le quartier de Marylebone pour observer l'approche britannique en matière d'emploi.

Le porte-parole de l'UMP Luc Chatel avait expliqué que le candidat Sarkozy souhaitait apprendre de Tony Blair et ses trois victoires électorales de 1997, 2001 et 2005. "Il a déjà eu l'occasion de noter que la Grande-Bretagne était un bon exemple de pays sachant se remettre en question, se moderniser et se tourner vers l'avenir", expliquait-il. (avec AP et Reuters)

LE GUIDE ANNUAIRE DES ECOLES DIFFERENTES

| Présentation | SOMMAIRE |
| Le nouveau sirop-typhon : déplacements de populations ? Chèque-éducation ? ou non-scolarisation ? |
| Pluralisme scolaire et "éducation alternative" | Jaune devant, marron derrière : du PQ pour le Q.I. |
| Le lycée "expérimental" de Saint-Nazaire | Le collège-lycée "expérimental" de Caen-Hérouville |
| L'heure de la... It's time for ... Re-creation | Freinet dans (?) le système "éducatif" (?) |
| Changer l'école | Des écoles différentes ? Oui, mais ... pas trop ! | L'école Vitruve |
| Colloque Freinet à ... Londres | Des écoles publiques "expérimentales" |
| 68 - 98 : les 30 P-l-eureuses | Et l'horreur éducative ? |