alternatives éducatives : des écoles, collèges et lycées différents
| LE GUIDE-ANNUAIRE | Commande | Commande express sécurisée | Documentation | Présentation | SOMMAIRE |
I Obligation scolaire et liberté I Des écoles différentes ? Oui, mais ... pas trop ! Appel pour des éts innovants et coopératifs |

Quelques autres "rubriques", parmi beaucoup d'autres, toujours d'actualité :
les rapports parents-profs, la maternelle à 2 ans, l'ennui à l'école les punitions collectives,  le téléphone portable  , l'état des toilettes, le créationnisme...
 

BRITISH
WAY OF LIFE

Le "modèle" anglo-saxon,  libéral  ... et blairo-socialiste...
 

  ÉCOLES ANGLAISES :
Discipline, rigueur et esprit compétitif sont les maîtres mots de la mutation mise en œuvre par le gouvernement travailliste..

   Royaume-Uni : L’uniforme discriminatoire
En imposant un fournisseur unique pour l’achat de l’uniforme, les écoles pratiquent une discrimination à l’encontre des élèves pauvres.

  Directeur d'école en Grande Bretagne :
« Le métier a beaucoup évolué. Aujourd’hui, on est beaucoup plus responsable,
on a plus de pression, on nous demande plus de résultats. »

  Deux fois plus d’enseignants sont partis en retraite anticipée au cours des sept dernières années. 

  35% des élèves de 11 ans ne savent pas lire.

  Un ado sur cinq ne peut situer son pays sur une carte.

  Ecoles publiques fermées aux pauvres.  Un rapport émis par ConfEd, (une association qui représente les dirigeants du secteur de l’éducation locale) dénonce le manque d’intégrité des processus d’admission dans certaines écoles publiques. Des réunions de "sélection" d’élèves sont organisées, durant lesquelles ne sont admis que les enfants "gentils, brillants et riches".  Ainsi, 70 000 parents n’ont pas pu inscrire cette année leurs enfants dans l’école de leur choix. En écartant les élèves issus de milieux pauvres, ces établissements "hors la loi" espèrent rehausser leur taux de réussite aux examens. 

  ... & Moins de pauvres dans les écoles primaires catholiques.

  Les écoles anglaises pourront être gérées par des "trusts".

  L’école britannique livrée au patronat.  En mars 2000, le Conseil européen de Lisbonne avait fixé comme principal objectif à la politique de l’Union en matière d’éducation de produire un capital humain rentable au service de la compétitivité économique. 

  Le créationnisme aux examens.

   "BAGUE DE VIRGINITE" : Une adolescente anglaise, fille d'un pasteur évangélique, perd son procès en Haute Cour.

  Grande-Bretagne : l'athéisme (bientôt ?) au programme scolaire

  Grande-Bretagne :Les sponsors au secours de l'école

  Empreintes digitales pour les enfants d'une école de Londres. Le Royaume-Uni réfléchit à la mise en place d’une loi pour la création d’un fichier national des enfants de moins de douze ans.

Naître et grandir pauvre en Grande-Bretagne  est encore plus pénalisant que dans d’autres pays développés.

  Un demi-million de «sans-logement». A Londres, un enfant sur deux sous le seuil de pauvreté.

  Un demi-million d'enfants britanniques travaillent "illégalement".

«tolérance zéro» et conditions de détention intolérables. Plus de dix milles jeunes délinquants britanniques sont emprisonnés.  «Le bilan du Royaume-Uni en terme d'emprisonnement des enfants est l'un des pires qui se puisse trouver en Europe.»

  Les frais très élevés d’inscription universitaire dissuadent les étudiants issus de familles modestes de s’inscrire en fac.

  De plus en plus d’étudiantes se prostituent ou travaillent dans l’industrie du sexe pour payer les frais d’inscription de leur université.

  Plus de 350 000 Britanniques ont quitté leur île en 2005 pour jouir d'une vie meilleure
Les jeunes Britanniques se voient vivre ailleurs.  Difficulté d' acquérir un logement, hausse de la fiscalité et indigence des services publics, en particulier les transports et le système de soins.

M. Ernest-Antoine Sellière, alors président du patronat français :« Je suis un socialiste britannique »

  Londres, paradis des milliardaires.

  Selon des rapports de l’ONU et de la Banque mondiale :  « Au Royaume-Uni, les inégalités entre riches et pauvres sont les plus importantes du monde occidental, comparables à celles qui existent au Nigeria, et plus profondes que celles que l’on trouve, par exemple, à la Jamaïque, au Sri Lanka ou en Ethiopie .»

  Grande Bretagne :  premier pays où chaque déplacement de véhicule sera enregistré.

  Les Britanniques inventent l'ultrason antijeunes.

   De plus en plus de mineurs hospitalisés pour des problèmes d'alcool. Le nombre de mineurs hospitalisés en Angleterre pour avoir trop bu a augmenté de 20% en un an.
 

Beuark.
Ségolène Royal rend hommage à la politique de Tony Blair.



AMERICAN WAY OF LIFE...
A Londres,
un enfant sur deux sous le seuil de pauvreté
 Le Monde - 20.11.02 - Londres de notre correspondant

 

Charles Dickens, s'il vivait aujourd'hui, aurait encore de quoi nourrir sa veine littéraire. Il trouverait matière à s'indigner dans le plus inattendu des résultats d'une enquête remise au maire de Londres, mardi 19 novembre, à la veille de la Journée internationale des droits de l'enfant : 53 % des enfants de la capitale britannique vivent sous le seuil de pauvreté. Ainsi, la plus riche, la plus opulente, la plus dispendieuse des capitales européennes abrite en son sein, à côté de ses nombreux millionnaires - en livres sterling -, plus de 300 000 enfants officiellement "pauvres".

Ils ne vivent pas dans les lointaines banlieues mais au centre de la ville, au cœur du "Londres intérieur" qui compte près de 3 millions d'habitants et possède le plus haut revenu d'Europe per capita. Ils habitent les secteurs les plus démunis des subdivisions administratives (boroughs) de Hackney, Lambeth, Southwark ou Tower Hamlets, à quelques stations de métro des quartiers les plus prospères - Chelsea ou Kensington -, là où les prix de l'immobilier atteignent des sommets.

Autre surprise : la pauvreté affecte proportionnellement plus d'enfants dans le centre de Londres que dans toute autre région du pays. En Grande-Bretagne est "pauvre" toute personne vivant dans une famille disposant d'un revenu inférieur à 60 % du revenu moyen. Et l'enquête remise au maire repose sur les chiffres officiels du ministère du travail et des retraites. Par souci d'équité, elle prend en compte le revenu familial diminué des impôts, des prélèvements sociaux et des frais de logement, très inégaux selon les régions. La pauvreté infantile à Londres est la plus forte (73 %) parmi les minorités d'origine pakistanaise et bangladeshie. Le très faible taux de chômage national - à peine plus de 3 % - masque d'énormes disparités. Chaque année, Londres accueille quelque 150 000 nouveaux arrivants.

La grande majorité d'entre eux occupent un emploi très peu qualifié, ou n'en trouvent aucun. En termes réels, les revenus des travailleurs manuels n'ont progressé à Londres que de 9 % en dix ans, ceux des travailleuses de 12 %. Le " Inner London" souffre aujourd'hui du plus fort taux de chômage, parmi toutes les "sous-régions" du pays. Les enfants pauvres appartiennent aux familles où le chômage frappe l'un des parents ou les deux. Enfin, la tuberculose est entre trois et huit fois plus répandue à Londres que dans le reste du royaume. Ce qui, décidément, ne surprendrait pas Dickens.

Jean-Pierre Langellier


G.B. : la vigueur économique de la City reflétée par son marché immobilier
Par Par Odile DUPERRY
LONDRES (AFP- 14 10 06) - Des centaines de milliers de mètres carrés de bureaux, dont l'emblématique "Gherkin", sont à vendre dans la City de Londres car leurs propriétaires veulent profiter de la forte poussée des prix, et autant sont en construction, reflétant l'attractivité de la place londonienne.

Le réassureur suisse Swiss Re (Virt-X: RUKN.VX - actualité) réclame 600 millions de livres (près de 900 millions d'euros) selon les estimations, soit une plus-value de 200 millions en trois ans, pour la tour de 40 étages érigée par l'architecte Norman Foster et connue sous le nom de "Concombre érotique".

Ce prix, le plus élevé jamais demandé pour un immeuble de bureaux au Royaume-Uni, ne décourage pas les candidats, notamment étrangers: selon le Financial Times de vendredi, le groupe d'investissement américain Beacon Capital serait sur le point de l'emporter, après déjà deux achats d'envergure dans la City depuis mai.

Il y a actuellement pour 3,25 milliards de livres d'immeubles de bureaux officiellement à vendre dans la City, et pour 1,75 milliard de livres d'immeubles officieusement sur le marché, selon une étude du cabinet CBRE.

A lui seul, le milliardaire d'origine syrienne Simon Halabi, qui veut réorienter son activité vers les hôtels grand luxe, a mis pour 1,8 milliard de livres d'immeubles sur le marché, dont la plus proche voisine du Gherkin, la tour Aviva (London: AV.L - actualité) , pour 400 millions.

Dans une note publiée jeudi, la banque d'affaires américaine Merrill Lynch (NYSE: MER - actualité) a estimé qu'une des raisons du regain immobilier de la City, après la morosité du début de la décennie, était "la spectaculaire pénétration" des grandes banques d'affaires mondiales sur le marché londonien, qui ont entraîné avec elles une myriade de cabinets d'experts-comptables et d'avocats, essentiellement américains.

A cette internationalisation des occupants correspond celle des propriétaires. Selon une étude menée par le cabinet Savills (London: SVS.L - actualité) pour le Financial Times, 47% des achats ont été réalisés par des étrangers cette année dans la City, en premier lieu américains.

Actuellement, selon CBRE, la surface de bureaux libres constitue moins de 7,5% de la surface totale et près de 300.000 mètres carrés ont trouvé locataire au troisième trimestre, le plus haut chiffre depuis six ans, selon l'étude trimestrielle du cabinet Knight Frank.

A ce rythme, on pourrait assister à une pénurie en 2007, estime Merrill Lynch. Mais, alors que les grues sont déjà partout visibles dans la City, la banque observe que quelque 1,5 million de mètres carrés devaient être construits dans les cinq prochaines années, dépassant même les limites actuelles du "Square Mile".

Cette expansion limitera la hausse des loyers, selon Merrill Lynch. Ceux-ci augmentent peu depuis 15 ans, à quelque 550 livres le mètre carré et par an actuellement. Cette baisse relative du rapport locatif est aussi l'une raisons des fortes ventes actuelles, selon certains économistes.

Bien sûr, un krach ne peut être exclu, remarque la banque, mais "à moins que le gouvernement ou les barons de la City ne fassent une erreur, ou qu'une autre capitale mondiale ne lance une contre-offensive, nous pensons que Londres continuera à croître et embellir".

Le marché, de surcroît, semble encore savoir raison garder. Ainsi, aucun acheteur n'a pour l'instant voulu mettre 500 millions de livres dans la Shell (London: RDSB.L - actualité) -Mex-House, immeuble historique de l'ouest de la City mis en vente en janvier par les magnats David et Simon Reuben et Robert et Vincent Tchenguiz.

De son côté, le groupe immobilier Minerva (London: MNR.L - actualité) a annoncé en septembre que, pour en assurer le financement, il préférait réduire de 50 à 14 étages sa future "Saint-Botolph's House", renonçant à en faire un des fleurons architecturaux de la City, aux côtés de prochaines réalisations comme "le Walkie-Talkie", le "Helter Skelter" (pêle-mêle) ou le "Shard of Glass" (tesson de bouteille).
 

LE GUIDE ANNUAIRE DES ECOLES DIFFERENTES

| LE GUIDE-ANNUAIRE | Commande | Commande express sécurisée | Documentation| Présentation | SOMMAIRE |
| Le nouveau sirop-typhon : déplacements de populations ? chèque-éducation ? ou non-scolarisation ? |
| Pluralisme scolaire et "éducation alternative" | Jaune devant, marron derrière : du PQ pour le Q.I. |
| Le lycée "expérimental" de Saint-Nazaire | Le collège-lycée "expérimental" de Caen-Hérouville|
| L'heure de la... It's time for ... Re-creation | Freinet dans (?) le système "éducatif" (?) |
| Changer l'école | Des écoles différentes ? Oui, mais ... pas trop !| L'école Vitruve |
| Colloque Freinet à ... Londres | Des écoles publiques "expérimentales" |
| 68 - 98 : les 30 P-l-eureuses | Et l'horreur éducative ? |