alternatives éducatives : des écoles, collèges & lycées différents
| Présentation | SOMMAIRE | Appel pour des éts innovants et coopératifs |
I Obligation scolaire et liberté I Des écoles différentes ? Oui, mais ... pas trop ! I Des collèges et des lycées différents I

QUOI DE NEUF POUR "CHANGER" L'ÉCOLE ?

L’enfance ça rend con.
Surtout les journalistes.
(... mais pas qu'eux !)

Adulte à 12 ans, ado à 33
Vieillissement, recomposition des familles, allongement   des études, chômage:
le modèle traditionnel n'existe plus.
Doit-on abaisser la majorité civique à 12 ans ?
 le corps électoral, à l'image du personnel politique, tend à devenir un vieillard qui vote conservateur.
Or, pour répondre aux défis des retraites, de la violence, du redécoupage des rythmes de travail, de l'âge d'entrée et de sortie de la vie active,
il nous faudra prendre des mesures de rééqulibrage en abaissant encore l'âge du vote.

Sa Majesté des mouches ...

Pour stimuler la "construction de leur propre société" (= "Kid Nation" !) :
chaque épisode se termine par un vote interne pour la remise d'un "prix"
(une étoile en or d'une valeur de $20 000).
"There was no sex or drugs"
Ouf.
Just money...
Great, fantastic, fun !
God bless America !
 
 

L'Entreprise mondiale d'exploitation :
GOD SAVE THE QUEEN...

BRITISH WAY OF LIFE...

Le "modèle" anglo-saxon,  libéral 
... et blairo-socialiste

Royaume-Uni : 35% des élèves de 11 ans ne savent pas lire

Un demi-million de «sans-logement» en Grande-Bretagne
A Londres, un enfant sur deux sous le seuil de pauvreté

Un demi-million d'enfants britanniques travaillent "illégalement"

Royaume-Uni : «tolérance zéro» et conditions de détention intolérables
Plus de dix milles jeunes délinquants britanniques sont emprisonnés
«Le bilan du Royaume-Uni en terme d'emprisonnement des enfants
est l'un des pires qui se puisse trouver en Europe.»
Tony Blair : "tolérance zéro" face aux éléments perturbateurs dans les écoles

Royaume-Uni : Ecoles fermées aux pauvres

Un rapport émis par ConfEd, (une association qui représente les dirigeants du secteur de l’éducation locale) dénonce le manque d’intégrité des processus d’admission dans certaines écoles publiques.
Des réunions de "sélection" d’élèves sont organisées,
durant lesquelles ne sont admis que les enfants "gentils, brillants et riches".
Ainsi, 70 000 parents n’ont pas pu inscrire cette année leurs enfants dans l’école de leur choix.
En écartant les élèves issus de milieux pauvres, ces établissements "hors la loi" espèrent rehausser leur taux de réussite aux examens.
Pour lutter contre ces pratiques, le gouvernement s’apprête à proposer un nouveau système d’admission des élèves dans les écoles publiques.

5 September 2005

... et moins de pauvres dans les écoles primaires catholiques.

Les écoles anglaises pourront être gérées par des "trusts"

Les Britanniques inventent l'ultrason antijeunes

Grande Bretagne : premier pays où chaque déplacement de véhicule sera enregistré.

Blairo-socialisme :
bilan globalement positif
Naître et grandir pauvre en Grande-Bretagne
est encore plus pénalisant que dans d’autres pays développés.

Royaume-Uni : Le créationnisme aux examens

Plus de 350 000 Britanniques ont quitté leur île en 2005
pour jouir d'une vie meilleure

Les jeunes Britanniques se voient vivre ailleurs
difficulté d' acquérir un logement, hausse de la fiscalité et indigence des services publics, 
en particulier les transports et le système de soins.

De plus en plus d’étudiantes se prostituent ou travaillent dans l’industrie du sexe 
pour payer les frais d’inscription de leur université

Beuark.
Ségolène Royal rend hommage à la politique de Tony Blair.


...& GOD BLESS AMERICA
AMERICAN WAY OF LIFE...

45 millions de personnes sans système de santé
dans le pays le plus riche du monde

Le système de santé américain est le plus onéreux parmi les pays industrialisés
et l'un des moins efficaces en terme de nombre de personnes couvertes

États-Unis : L’abstinence sexuelle renforcée
131 millions de dollars (augmentation de 30 millions) pour les programmes fédéraux vantant auprès des collégiens et lycéens américains les mérites de l’inexistence d’une vie sexuelle avant le mariage. L’évaluation nationale des bienfaits réels de ces programmes a été reportée à 2006.

Des aberrations scientifiques pour mieux prêcher la chasteté
Cette année, 40 des 50 Etats doivent faire face à diverses procédures visant à contester l'enseignement de la théorie de l'évolution dans les écoles publiques.

Le nombre total des armes à feu en circulation aux Etats-Unis est estimé à plus de 200 millions, dont 65 millions d'armes de poing, pour une population totale de 284 millions d'habitants.
Selon des statistiques gouvernementales remontant à la fin des années 90, les armes à feu sont la cause de la mort d'un enfant ou adolescent toutes les deux heures, par crime, accident ou suicide.
En 1997, ces armes ont été responsables de la mort de 32.436 personnes,
selon ces mêmes statistiques.

C.J. Klicka invite les partisans étrangers de l'école à la maison au combat.
La "Home School Legal Defense Association" :
Liée à l’église évangélique,
« Les croisés américains du Home Schooling »

Christiane ROCHEFORT


Octobre 75 - Avec Christiane Rochefort, une des premières réunions de "Possible".
 

LES ENFANTS
D’ABORD

 
Avertissement
 

Les femmes et les non-blancs ayant crié assez fort, on leur a finalement consenti le statut d'opprimés. Mais on ne pense pas encore aux enfants, car ils se taisent.
De tous les opprimés doués de parole, les enfants sont les plus muets.
Les cris et fureurs qui émanent du groupe ne sont pas perçus comme protestation inarticulée, mais comme un fait de nature : les enfants, ça crie. Nul être pourtant ne crie sans raison.

« Les enfants » (la seule définition précise et recevable du terme étant celle de la Loi : personnes de 0 à 18 ans) ne disposent pas de moyens de s'exprimer. Ils n'y sont pas invités, les décisions qui les concernent étant prises sans leur avis. Ils croient qu'ils ne savent pas, étant dits ignorants bien qu'on les instruise six heures par jour. Et par-dessus tout ils n'osent élever la voix, étant pour leur survie dans la dépendance totale des adultes, qui ne permettent pas la mise en question de leurs Œuvres - ces œuvres qui seront l'héritage forcé des gens aujourd'hui jeunes, et muets.

Ce sont les adultes qui parlent pour les enfants, comme les blancs parlaient pour les noirs, les hommes pour les femmes. C'est-à-dire de haut, et de dehors.
Entre les adultes qui parlent des enfants comme ils les veulent, et les enfants qui ne peuvent pas parler pour eux-mêmes, la passe est étroite. Et la mystification se porte bien.
Il faudrait pourtant sortir de là.

Mais être « adulte » après tout n'est qu'un choix, par lequel on s'oublie, et se trahit. Nous sommes tous d'anciens enfants. Tout le monde n'est pas forcé de s'oublier. Et dans la situation dangereuse où le jeu adulte aveugle nous a menés, et veut entraîner les plus jeunes, l'urgence aujourd'hui presse un nombre croissant d'anciens enfants qui n'ont pas perdu la mémoire de basculer côté enfants.

Ayant longuement vécu dans la cité, on connaît la mécanique du jeu adulte. On peut en montrer les rouages.
Comme ancien enfant qui a gardé la mémoire, on se souvient que la dépendance nous mettait un bâillon, et que l'éducation nous bandait les yeux, nous imposant non seulement des conduites mais des façons de sentir, conformes au projet adulte, et qui invalidaient notre expérience. On peut le dire, et confirmer l'expérience. On ne parle pas du dehors, « sur » les enfants, on parle du dedans, et de soi.

Ce n'est pas un travail objectif. Mais les enfants ne sont pas des objets.
C'est dans cette marge étroite que se situe cette tentative : il faut commencer quelque part.
Cela implique que, si pas comme enfant, c'est comme ancien enfant qu'il faudrait regarder ce qui suit.

Une parmi des anciens enfants.
 
 


Point d'information, en guise d'exposé des motifs








Dans le cadre de la « campagne anti-violence » menée par le gouvernement des Etats-Unis, un projet, déposé par M. Nixon en son temps, prévoit que les enfants de six ans seront soumis à des tests destinés à détecter leur «potentiel de violence».
Les petits « préviolents », placés d'office dans des écoles spéciales, y seront rééduqués au moyen d'une drogue utilisée dans les instituts psychiatriques, et qui a les effets d'une lobotomie.
 


Welcome
« Nous ne sommes pas au monde. »
ARTHUR
 
Il existe sur Terre une espèce animale où le petit sortant du ventre de sa mère est pris par les pattes de derrière et, tête en bas, battu, jusqu'à ce qu'il hurle, par un adulte. Puis ayant été retourné en tous sens, il est emballé, et déposé à l'écart. Le corps nourrissant et chaud qui l'enveloppait et sur lequel, comme tout animal, après l'épuisant labeur de naître, il aspire à reposer, est hors de sa portée. A l'instant craché dans l'espace immense il y trouve le vide, et vit solitaire l'aventure la plus fondamentale qui fut et sera jamais vécue. Il n'est pas au monde, mais à côté. Il n'a aucune prise, tout vient du dehors quand ça veut. Tout ce qu'il peut c'est crier.
Le petit de cette espèce a le cri le plus rageur et lamentable de toute la faune terrestre.
L'adulte, qui, lorsqu'il entend dans la nuit la voix appelante insistante d'un petit chat, sait qu'il s'agit d'un abandonné, ne songe pas à interpréter les cris de son propre petit  : il en a l'habitude, il les a toujours entendus. Il les trouve «naturels». Que le sien soit le seul à en pousser de si désolés, et qui perdurent si longtemps après la naissance, ne fait lever en lui aucune question.
 

Un jour, après bien longtemps, des savants, analysant des troubles de l'émotion chez l'individu de cette espèce, découvrirent qu'il aspire à retourner dans le sein maternel (Otto Rank). Ils virent là un trait de psychologie original. Une tendance innée à n'aimer point la vie, en quelque sorte. Trait assez local au reste, mais les analyseurs n'étant point explorateurs, ils n'allèrent pas voir ailleurs comment ça se passait.
Bien du temps encore après, d'autres savants, ayant voyagé, et mieux regardé, s'avisèrent que ces petits montraient simplement les signes ordinaires de la souffrance et de la peur, qu'on observe chez l'être sans défense brutalement traité. Les coups, dirent-ils, ne sont pas l'unique manière d'aider un petit mammifère à respirer (c'est pour l'aider à respirer qu'on lui tapait dessus, pas fort selon les préposés, qui jugeaient d'après leurs muscles et cuir).
En effet quand on y réfléchit, on est surpris que jamais la curiosité ne se soit éveillée là-dessus. Surtout la curiosité scientifique, qui touche pourtant à tout. Et que durant des siècles les adultes aient tous trouvé ça « naturel  » - quand aucun «animal» ne le fait.
Les savants proposent de laisser le petit sur le ventre de sa mère, le temps que le cordon irrigateur, dont c'est la fonction, fasse le relais de la respiration, et que les poumons se défroissent; et ils évitent les bruits, lumières et gestes violents au nouveau-né. Ils appliquent leur méthode, avec succès : les petits respirent! Sans qu'on les batte! Ensuite, on n'entend pas ces fameux cris lamentables.

Sans doute s'ensuivit-il un grand soulagement pour les adultes de cette espèce malheureuse? et les pratiques inutilement brutales furent-elles aussitôt abandonnées?
Eh non. Ce fut un tollé contre la nouvelle méthode. Les savants furent rejetés par leurs pairs, amenés à presque se retirer. Ils entreprirent, au nom de la simple vérité, une lutte qui à leur étonnement, s'avéra politique. Le livre où la méthode était exposée (Frédérick Leboyer, Pour une naissance sans violence, Seuil 1974), devint un best-seller dans plusieurs pays, le film bouleversa les spectateurs. Au niveau des gens, quelque chose se passait. Mais l'appareil résista. L'information ne descendit pas à la masse. On parla dans la presse féminine à grande circulation de retour à l'âge des cavernes (Françoise Tournier : «Accoucher dans le noir? Nous refusons!», Elle, mars 74). La naissance douce resta l'exception, n'entra pas dans les hôpitaux publics, rien ne bougea. Et les nouveaux venus continuèrent comme par le passé d'être reçus par le bon vieux comité d'accueil.
Dès lors on doit questionner les motivations des mâles dominants de l'espèce : ce qui leur importe, ce n'est donc point que les petits respirent? C'est leur taper dessus à l'arrivée? Ils y tiennent, à leur fessée? Aurait-elle donc une fonction culturelle essentielle?
La fessée d'accueil est une spécialité des sociétés humaines à structures patriarcales, qui occupent actuellement presque toute la Terre sous des formes diverses, dont celle où nous-mêmes naissons et sommes fessés, qui est la plus avancée de toutes. 

Ces sociétés reposent sur des rapports de domination.



Quelques extraits :

L'Entreprise mondiale d'exploitation
La mécanique du jeu - Les parents pris au piège - Point d'ordre.

Pourquoi maintenant ?
Les enfants, qui n'ont jamais eu tant de bonheur et de pouvoir (disent les adultes), sont en réalité, maintenant, menacés.
Par-dessus les parents, dont la non-intervention est espérée, la Force Aveugle est en marche contre eux.
Car en dépit d'un traitement réducteur millénaire, les enfants ont toujours la rage de vivre.


Christiane ROCHEFORT
"Les enfants d'abord"
1975.
Christiane Rochefort : Les enfants d'abord



Pour décoloniser l'enfant (Gérard Mendel)POUR DECOLONISER L'ENFANT.
Gérard Mendel

Sociopsychanalyse de l'autorité 

Le droit de vote dès 12 ans, la lutte entre les classes d'âge relayant et complétant la lutte entre les classes sociales, le conflit dans l'individu et entre l'individu et la société reconnu comme inéluctable et devenant le nouveau consensus social, l'enfance comme état spécifique au même titre que l'état d'adulte et se prolongeant la vie durant chez l'adulte, la désocultation des projections et idéalisations diverses, le recouvrement par l'individu des pouvoirs délégués du fait de la culpabilité et de l'exploitation économique aux Grands et à l'Etat. 

Voilà ce que l'auteur de la Révolte contre le Père et de la Crise de Générations nomme l'utopie réaliste d'une révolution pédagogique dont l'Institution scolaire serait le lieu d'apprentissage. Réaliste, car il lui paraît que sous l' «eau dormante» de la stagnation politique actuelle une lutte de vitesse est engagée entre de telles novations et un retour en force des Dictatures. 

Le consensus social traditionnel, fondé sur l'Autorité, se désagrège. Le relaiera un consensus fondé sur la force nue et policière de l'Etat ou bien, pour l'auteur de cet Essai, un consensus fondé sur l'institutionnalisation du conflit à tous les niveaux, non plus lutte à mort mais jeu sans fin d'antagonismes eux-mêmes évolutifs.

Petite Bibliothèque Payot - 6° Edition 1979 - ISBN 2-228-32422-1 


Enfin, tant Oslo que les Gorguettes, démontrent que, si on joue franc-jeu avec les adolescents, le résultat dépasse les espérances.
Le C.E.S. n'a pas explosé dans une fuite en avant de revendications impossibles à satisfaire de la part des élèves:
le sentiment de leurs responsabilités a été permanent.
C'est que, aussi, ils aimaient leur établissement, qui était devenu pour eux un lieu de vie.
Et non le lieu de mort, ce parking déshumanisé et déshumanisant, qu'il tend toujours plus à devenir aujourd'hui dans notre pays,
contre le vœu profond de la plupart de ceux qui y travaillent.
(Gérard Mendel)


Catherine BAKER : Insoumission à l'école obligatoireCatherine BAKER
INSOUMISSION A L'ECOLE OBLIGATOIRE

TABLE DES MATIÈRES 
 Introduction
1  Contre tout ce qui est obligatoire 
2  Contre les canons de la pensée
3  Contre la très manifeste injustice de l'école
4  Contre la trouille
5  Contre l'oppression des adultes sur les enfants 
6  Contre les maîtres 
7  Contre la confusion entre apprendre, savoir, connaître
8  Contre l'assujettissement du sexe mineur
9  Contre le manque à vivre
10  Contre la normalisation
11  Parce que je t'aime et qu'on n'a rien à perdre

Catherine BAKER : Insoumission à l'école obligatoire
Réédition 2006

LE GUIDE ANNUAIRE DES ECOLES DIFFERENTES
| Présentation | SOMMAIRE |
| Le nouveau sirop-typhon : déplacements de populations ? chèque-éducation ? ou non-scolarisation ? |
| Pluralisme scolaire et "éducation alternative" | Jaune devant, marron derrière : du PQ pour le Q.I. |
| Le lycée "expérimental" de Saint-Nazaire | Le collège-lycée "expérimental" de Caen-Hérouville|
| L'heure de la... It's time for ... Re-creation | Freinet dans (?) le système "éducatif" (?) |
| Changer l'école | Des écoles différentes ? Oui, mais ... pas trop !| L'école Vitruve |
| Colloque Freinet à ... Londres | Des écoles publiques "expérimentales" |
| 68 - 98 : les 30 P-l-eureuses | Et l'horreur éducative ? |